Pataquès sur les postes

Les postes UVSQ 2016 ouverts au concours en session synchronisée deviennent « au fil de l’eau »

Les journées ne font que 24h, « on n’a pas eu le temps », dit Alain Bui, VP du CA.

Ben voyons.

Entre le 11 et le 25 mai, on ne peut pas à la fois se pavaner
auprès des journalistes et s’occuper de la campagne d’emploi à l’UVSQ… il y a des priorités !

Rappelons que la campagne d’emploi 2016 d’enseignant-chercheurs est dans sa phase finale. Les comités de sélections ont étés constitués en février dernier, les candidats ont été sélectionnés en avril, auditionnés en mai et les comités de sélection devaient rendre leur classement avant le 22 mai. Il reste trois étapes :

  1. avis sur les classements par le CAc-FR (Conseil Académique en Formation Restreinte) ;
  2. validation par le CA-FR (Conseil d’Administration en Formation Restreinte) ;
  3. saisie des classements dans l’application Galaxie du ministère avant le 07 juin.

Pour être dans les temps il fallait convoquer un CAc-FR vers le 30 mai, un CA-FR vers le 03 juin. C’était tout à fait possible puisque le Président Guillemot a été élu le 10 mai et qu’il faut convoquer le CAc-FR et le CA-FR 15 jours avant leur tenue. La seule difficulté est de constituer un CAc-FR à la fois paritaire homme-femme et paritaire Maître de Conférence-Professeur.

Quelles conséquences ?

  • Les candidats sont méprisés et trompés, mis dans le dilemme de choisir entre un poste UVSQ très risqué (passage au CA et veto possible un mois après la session synchronisée) et un poste quelque part ailleurs. On leur conseille évidemment de partir ailleurs !
  • les comités de sélection sont trompés, trahis par un changement de règle en cours de concours de recrutement : pour des postes au fil de l’eau, les comités n’auraient pas établi les mêmes listes, pas auditionné de la même façon.
  • « L’image » de l’UVSQ à laquelle les dirigeants semblent si sensibles… s’en trouve sensiblement écornée vis-à-vis des candidats et des enseignants-chercheurs des autres universités qui ont participé à ces comités. Rappelons que les comités sont constitués pour moitié d’internes et pour moitié d’externes.
  • Recruter au fil de l’eau par la suite alors que les meilleurs candidats de 2016 ont déjà validé leur choix dans la campagne synchronisée n’est pas la garantie d’un recrutement de qualité.

Pourquoi ?

  • Constituer un CAc-FR paritaire serait-il un acte trop compliqué quand on connaît insuffisamment le système universitaire ?
  • Effectuer un oubli administratif pour invalider la campagne de poste ? pour modifier le recrutement ?
  • Après un pv du CA du 10 mai traité par dessus la jambe, une désinvolture de plus ?

Magouille ou incompétence ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *